LETTRE FINANCIÈRE n°151

Le jeu de l’international

LA MONDIALISATION OFFRE DE MULTIPLES OPPORTUNITÉS À SAISIR, NOTAMMENT DANS LE CADRE D’UNE CRISE COMME LE CORONAVIRUS.

AU-DELÀ DE CETTE CRISE, NOUS SOUHAITONS VIVEMENT CONTINUER À PROPOSER UNE DIVERSIFICATION MONDIALE DE LEURS ACTIFS A NOS CLIENTS, CAR LES NUAGES S’ACCUMULENT SUR L’ÉCHIQUIER INTERNATIONAL.

Lorsqu’un état a besoin d’argent, il commence par prélever des impôts. Si ceux-ci ne suffisent pas, il emprunte. Puis, si ses dettes deviennent colossales, il demande à son banquier, la Banque centrale, de continuer à lui prêter, mais à taux négatif, ce qui, comble de l’ironie, lui permet de gagner de l’argent en empruntant !

A cet instant précis, le piège se referme car les politiciens deviennent encore moins vertueux, empruntant et distribuant toujours plus, jusqu’à ce qu’une monnaie comme l’euro finisse durement attaquée à la baisse par des marchés financiers qui s’interrogent sur la valeur de la monnaie en question… Là, ne pouvant plus augmenter les impôts, ce qui étranglerait l’économie, et encore moins continuer à emprunter par le biais de « la planche à billets » de la Banque centrale, ce qui aggraverait la crise, ils n’entrevoient plus qu’une seule solution pour sauver l’Etat et les finances publiques : saisir une partie de l’épargne en banque et en assurance-vie de leur concitoyens.

Alors, certes, les banques vous rassurent en vous affirmant qu’elles garantissent chaque compte jusqu’à 100.000 euros, mais elles omettent de dire que fournir une telle garantie nécessiterait la mobilisation de capitaux colossaux. Or, le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution, dont vous pouvez consulter le rapport annuel sur www.garantiedesdepots.fr, ne détenait que 4,269 milliards d’euros au 31 décembre 2018. Pourtant, nombre d’économistes affirment qu’un minimum de 700 milliards d’euros seraient nécessaire dans le cas d’une nouvelle crise car la garantie en question devrait pouvoir porter sur des dizaines de millions de personnes.

Les articles suivants vous éclaireront davantage.

Bonne lecture,
Didier Maurin

L’idée d’annuler les dettes d’Etat détenues par la BCE fait débat, Les Echos 26.05.2020
BCE: les juges allemands font trembler l’Europe, Les Echos 06.05.2020
Le régulateur européen plaide pour un plan de soutien aux banques, Les Echos 25.05.2020
Les banques face à la montée des risques, Les Echos 08.04.2020

*crédit image: pixabay