LETTRE FINANCIÈRE n°149

Investissements à suivre ou à fuir

En cette période de « Gilets Jaunes », il nous a semblé intéressant de faire un point global sur les investissements que nous recommandons à notre clientèle, et ceux que nous refusons de lui commercialiser.

En effet, nous persistons dans notre conviction. La France est un pays en régression, le mouvement social actuel n’étant qu’un préambule à des violences bien plus vives à venir. Pour y remédier, il conviendrait que l’économie française retrouve le chemin de la croissance, de la création et du développement d’entreprises, de la baisse du chômage et d’une hausse importante des salaires. Force est de constater qu’elle n’en prend pas le chemin.

Dès lors, le mouvement nous semble inéluctable avec des risques non négligeables car après près de 40 années d’erreurs idéologiques graves, la France a perdu beaucoup de ses créateurs de richesses et son niveau de dettes atteint le niveau officiel de 2 200 milliards d’euros auxquels s’ajoutent 4 000 milliards de « hors bilan », soit… 6 200 milliards en tout !…

Un bateau à la dérive en quelque sorte, qui a perdu son gouvernail et où plus aucun dirigeant politique n’a les moyens des actions qu’il voudrait tenter. D’où l’importance des taux d’intérêts négatifs dont nous vous parlions dans notre précédente lettre financière, car la France est le pays typique qui n’a plus les moyens de payer les intérêts de sa dette.

Voilà qui est paradoxal car, dans le même temps, la croissance mondiale reste relativement soutenue avec un taux moyen de 3% par an qui reste considérable, car cela représente, depuis de nombreuses années, des milliers de milliards de créations de richesses assis sur le développement économique de nombreux pays.

Certes, rien ne se fait jamais sans risques, sans problèmes et sans heurts, mais force est de constater que la croissance économique mondiale est toujours à l’ordre du jour !

Et qu’elle devrait se poursuivre !

Dès lors, notre constat est sans appel. Nous commercialisons de moins en moins d’investissements français et orientons de plus en plus notre clientèle, afin d’éviter les instabilités du marché français, vers la mondialisation car la diversification des potentiels qu’elle offre nous semble un atout considérable !
Place donc à cette revue détaillée mais pas avant de vous avoir souhaité une

Excellente Année 2020

Bonne lecture,
Didier Maurin

Lire la lettre Financière 149